Mgr Jean-Marie Fortier 1968-1996

Mgr Jean-Marie Fortier 1968-1996
Portrait de Mgr Jean-Marie Fortier
Mgr Jean-Marie Fortier 1968-1996
Mgr Jean-Marie Fortier 1968-1996
APA659.007
Mgr Jean-Marie Fortier 1968-1996
APA659.017
Mgr Jean-Marie Fortier 1968-1996
APA659.001
Mgr Jean-Marie Fortier 1968-1996
APA659.004
Mgr Jean-Marie Fortier 1968-1996
Mgr Jean-Marie Fortier

le sixième évêque et le troisième archevêque |

Le sixième évêque et le troisième archevêque, Mgr Jean-Marie Fortier 1968-1996

Notice biographique : 

Né dans la paroisse Saint-Jean-Baptiste de Québec le 1er juillet 1920, Jean-Marie Fortier fait ses études primaires au Collège Saint-François-d’Assise et au pensionnat Saint-Louis-de-Gonzague de Québec. Après ses études au Petit Séminaire de Québec et au Grand Séminaire de Québec, il est ordonné prêtre le 16 juin 1944 par le cardinal Jean-Marie-Rodrigue Villeneuve à la cathédrale Notre-Dame de Québec. Il fut prêté pour un an au diocèse de Hearst (Ontario) comme secrétaire de Mgr Albini Leblanc (1945-1946). De 1946 à 1950, il compléta des études à Rome et à Louvain, pour ensuite enseigner l'histoire de l'Église, au Grand Séminaire de Québec (1950-1960), fonction à laquelle s'ajoute celle de directeur spirituel à la même institution (1955-1960). Il fut vice-postulateur de la cause de béatification de Mgr François de Laval (1952) et fut membre du Comité des fondateurs de l'Église canadienne. Élu évêque titulaire de Pomaria et auxiliaire de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, le 15 novembre 1960, par le pape Jean XXIII, il reçut la consécration épiscopale le 23 janvier 1961. Paul VI le nomma évêque de Gaspé, le 19 janvier 1965.

Au grand regret de la communauté gaspésienne, il fut promu sixième évêque et troisième archevêque de Sherbrooke le 20 avril 1968, pour « ses qualités de cœur et d'esprit ». Il fut intronisé le 19 mai 1968 et demeura archevêque de Sherbrooke durant 28 ans. Il fonda deux paroisses et vit au jumelage de plusieurs autres. Il restructura les Offices diocésains et instaura un Conseil presbytéral, un Conseil diocésain de pastorale et un Collège des consulteurs. Il eut l'idée de la Fondation Monseigneur Jean-Marie Fortier dans le but de procurer les fonds nécessaires à la pastorale diocésaine. Grâce à son initiative, Sherbrooke est l'un des premiers diocèses du Québec à avoir un Service à la condition des femmes en Église. Au niveau de l'Église universelle, il fut membre de la Commission pontificale sur les moyens de communications sociales (1970-1975) et membre de la Sacrée Congrégation pour les sacrements et le culte divin (1975-1984). Il fut président de la C.E.C.C. (1973-1975). À l'A.E.Q., il occupa les postes suivants : président du comité épiscopal des communications sociales (1976-1984); président du comité des priorités (1977-1984); président de l'Assemblée (1985-1989) et membre du comité du laïcat. En 1990, les Chevaliers de Colomb du Québec le choisirent comme leur aumônier d'État.

« Historien désireux de dépasser les opinions reçues », Mgr Fortier fut honoré à plusieurs reprises pour son implication auprès des citoyens et pour son grand savoir. Il fut nommé, entre autres, Docteur en théologie « honoris causa » de l'Université Laval (1974), Grand Estrien (1992). Archevêque émérite de Sherbrooke le 1er juillet 1996, il se retira à l'Archevêché de Québec. Il se rendit disponible pour prêcher des retraites principalement aux prêtres. Il offrit ses services aux paroisses et aux diocèses du Québec. Décédé à l’Hôtel-Dieu de Québec, le 31 octobre 2002, il est inhumé dans la crypte de la Basilique-Cathédrale de Sherbrooke.

Devise : In Laudem Dei per Jesum ce qui signifie À la gloire de Dieu par Jésus.